Vous êtes ici : Accueil > Les élèves ont vu ces "spectacles"... > "Les amis de Barnabé" - Théâtre du bout des doigts...
Publié : 12 octobre 2010
Format PDF Enregistrer au format PDF

"Les amis de Barnabé" - Théâtre du bout des doigts...

Les amis de Barnabé

Par Michel et Annick Nicolas

 

Quelques photos

L’école a accueilli Annick et Michel Nicolas du « Théâtre du bout des doigts », lundi 4 octobre… Les MS-GS en parlent…

 

Il était une fois…un vieil épouvantail qui s’appelait Barnabé.

Mais il avait l’air de s’ennuyer…La ronde des saisons des 4 demoiselles ne le faisait plus danser. Il était triste car il faisait fuir les oiseaux.

Ce jour-là….

Un petit écureuil découvre un trésor au pied de Barnabé.

 

Voici le résumé de l’histoire, après avoir écouté la version des enfants de MS/GS.

L’automne était de la couleur rouge,

« En automne, il y a toujours quelque chose qui vous étonne… »

L’hiver de la couleur blanche, comme la neige,

Le printemps en vert,

Et l’été en jaune, couleur du soleil.

 

Dans le coffre, il y avait une boite rouge, qu’on n’aurait pas dû ouvrir, contenant une plume rouge appartenant au méchant génie rouge, une lampe magique, qu’Emma a frotté, pour faire venir le gentil génie bleu.

 

Le génie à la plume rouge était méchant, il ne faisait que des bêtises :

· Il a transformé Papotin en canard. Puis il est devenu tout petit et a été endormi !

· Monsieur Théophile est devenu petit

· Il voulait transformer Michel !

 

Pour l’empêcher, il fallait faire venir la rose d’or. C’est Gabriel qui, après avoir revêtu la tenue de prince qui se trouvait aussi dans le coffret, a dessiné une belle fleur !

Le méchant génie a respiré cette fleur, puis a disparu.

 

Alors, on a compté jusqu’à 3, on a soufflé, et les deux marionnettes ont retrouvé leur taille normale !

        

A la fin de l’histoire,  Barnabé prend vie, se met à parler, et quitte son costume d’épouvantail pour se rendre au pays des rêves ! Là, les épouvantails font rire les oiseaux !

Ce spectacle nous a enchantés ! Peut-être revivrons-nous cette féérie dans nos rêves…

 

Et voici un poème de Christian Merveille, récité lors du spectacle :

 

Dans une année, il y a quoi ?

Il y a juste douze mois…

Et dans un mois, pas de problème,

Il y a juste quatre semaines.

Dans une semaine, compte toujours,

Il y a juste sept petits jours

Qui rentrent tous dans la semaine.

Et les semaines font les mois,

Les mois font les années.

Tu peux compter et recompter,

C’est ainsi et c’est comme ça

Il y a sept jours dans la semaine !