Vous êtes ici : Accueil > Pêle-mêle... > Une manifestation contre la fermeture d’une classe
Publié : 4 février 2012
Format PDF Enregistrer au format PDF

Une manifestation contre la fermeture d’une classe

Une belle mobilisation...


L’appel lancé par l’équipe enseignante a été entendu par les parents d’élèves... MERCI pour votre mobilisation, votre soutien !


Merci à Monsieur le Maire de nous avoir reçus et d’avoir pris la parole en dénonçant, avec nous, la perte de poste.


Ci-après, le discours prononcé par le Directeur, devant la Mairie...


Les photos du rassemblement.


Mais aussi : http://monplouguerneau.com/blog/index.php


 


 


Mesdames, Messieurs,


Les enfants,


 


Merci de votre présence, signe de votre soutien à notre école, à votre école !


 


Comme 60 autres écoles du réseau de l’Enseignement Catholique du Finistère, notre école va être victime, à la rentrée prochaine, d’une fermeture de classe…


 


Les écoles du Finistère paient un double et lourd tribut !


 


Un tribut national tout d’abord… Depuis plusieurs années, ce sont chaque année environ 15.000 postes d’enseignants qui sont supprimés, selon la règle du non-remplacement d’un fonctionnaire sur 2 partant à la retraite. Cette mesure touche de plein fouet l’Education Nationale. Chaque Académie a dû rendre des postes. L’Académie de Rennes rendra 80 postes pour l’Enseignement Catholique, à la rentrée prochaine…


Les écoles du Finistère paient aussi un tribut régional… Du fait du maillage de notre réseau, avec beaucoup d’écoles dans des petites communes, la moyenne départementale est plus basse que dans les autres départements bretons. Un ré-équilibrage a donc été décidé au niveau de l’Enseignement Catholique de Bretagne. Dans le primaire, il y aura 47 fermetures de classes… Dans le seul département du Finistère, nous assumerons 45 fermetures de postes sur les 47 ! Ces 45 postes s’ajoutent aux 52 postes supprimés l’an dernier… 100 postes perdus en 2 ans… 100 postes pour 193 écoles ! C’est tout simplement incroyable !


 


Nous n’avons pas attendu d’être au pied du mur pour réagir… Un samedi matin de mars dernier, nous manifestions pour que cesse l’hémorragie… En mai, comme toutes les écoles de l’Enseignement Catholique de Bretagne, nous affichions cette banderole devant l’école… En juin, nous écrivions aux parlementaires… Le 27 septembre, nous étions en grève…


 


Notre école est touchée, et pourtant, à la rentrée prochaine, nous prévoyons au moins le même nombre d’élèves que cette année ; cette année, nous en avons 223… A ce jour, nous avons déjà 217 élèves inscrits, j’ai déjà des rendez-vous pour 3 prochaines inscriptions… Avec ces chiffres, sans fermeture de classe, nous aurions été à 24 élèves par classe… Avec la fermeture de classe, nous arriverons à plus de 27 élèves par classe… Et si l’on parle de moyenne, on sait que certaines classes n’auront que 24-25 ou 26 élèves, mais d’autres auront 28-29,30 élèves… ou plus... Si nous avions été en baisse d’effectifs, nous aurions compris cette fermeture. Nous sommes à effectif constant, nous ne la comprenons pas ; nous ne l’acceptons pas ! C’est pour cette raison que nous avons souhaité organiser ce rassemblement, ce matin, avec le soutien, et pour nous c’est important, des associations de parents d’élèves… Se taire, accepter sans rien dire, c’était cautionner… Nous ne nous taisons pas ! Nous n’acceptons pas ! Nous ne cautionnons pas !


 


Pourquoi ?


 


Parce qu’au-delà de tous ces chiffres, il y a de l’humain… Et nous pensons d’abord, et avant tout, aux enfants…


 


Avec des classes chargées ou surchargées, même si nous mettrons évidemment tout notre professionnalisme au profit des élèves qui en ont le plus besoin, nous aurons, et c’est arithmétique, moins de temps pour chacun ! Qu’on n’essaie pas de nous faire croire le contraire… Personne n’est dupe !


 


Une perte de poste engendre nécessairement un départ… Et concrètement, en fermant 1 classe, ce sont 3 enseignants qui sont touchés. En effet, en fermant 1 poste, nous perdons 1 poste ¼ car la décharge de direction passe d’un mi-temps à 1/4 temps, de 2 journées à 1 journée. Je récupère donc 1 journée de classe. Nous verrons donc le départ d’une personne à temps plein, Marina Cadieu, et François Battaglio me cède ¼ temps… Pour nous, c’est difficile à vivre... Et je dis bien NOUS... Et pas seulement pour ceux qui devront partir... Nous formons une équipe ; elle est soudée ; nous avons des habitudes de travail... Et nous sommes, je crois, assez efficaces... Allez, ça fait du bien de se le dire !


 


Notre rassemblement de ce matin n’est que symbolique… Mercredi matin, à l’Inspection Académique, les annonces de fermetures seront faites… Les dés sont jetés… si tant est qu’on puisse utiliser cette métaphore de jeu… Mais s’il n’est que symbolique, il a le mérite d’avoir existé… Il a le mérite de nous avoir permis à tous, enseignants, personnel de l’école, parents et enfants, de dire que nous ne sommes pas d’accord avec cette fermeture de classe…


 


Je vous remercie de votre attention.


.


.


.


.


.


.


.


.


.


.


.