Vous êtes ici : Accueil > Pastorale > "Coeur au Mali" : intervention de Gurvan Floch
Publié : 19 mars 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

"Coeur au Mali" : intervention de Gurvan Floch


 


Comme chaque année durant le Carême, l’école Saint-Joseph proposera à ses élèves un temps de partage, à l’occasion de l’opération bol de riz qui aura lieu la semaine prochaine... Cette année, c’est avec les enfants du Mali que les petits plouguernéens seront solidaires... Mardi, Gurvan Floch a présenté l’association "Coeur au Mali". Cette association a fêté ses 10 ans l’été dernier. Depuis sa création, ses actions ont une visée sociale autour de la mise à disposition de biens essentiels : l’eau, la santé, l’éducation, ... L’association a investi depuis 2002 279.000 €. Malgré l’insécurité qui règne depuis début 2012 au Mali, l’association a décidé de poursuivre son action, en s’appuyant sur ses correspondants locaux, pour qu’il n’y ait pas d’interruption dans les acrtions humanitaires. Ainsi, pour 2013, "Coeur au Mali" envisage la construction de 3 puits, d’une école primaire à Mangola, et l’amélioration des conditions de vie des jeunes filles mères à Bamako. Gurvan Floch a rencontré tous les élèves de l’école, de la petite section au CM2, leur expliquant la vie des enfants de leur âge au Mali. Un diaporama servait de point de départ à la discussion.


www.coeuraumali.org


Des photos


.Vu par les élèves d’Annie


 


Gurvan est venu nous présenter l’association, qui existe depuis 10 ans. Grâce à des diapositives, nous avons pu accorder un regard sur ce pays très différent du nôtre. Nous avons ainsi découvert la vie quotidienne des habitants, mais aussi les besoins essentiels auxquels participe activement « Cœur au Mali »


La vie quotidienne :


- Les gens plantent du coton.


- Ils fabriquent le beurre de karité, base de nos shampooings.


- Certains fruits poussent, comme la mangue.


- La fête est très présente, ainsi que la musique. Gurvan nous a présenté un djembé, instrument typique. Ils sont très joyeux.


- le repas le plus courant s’appelle le tô : il s’agit d’une sorte de far à base de farine de mil. Quand ils mangent du riz, c’est un repas de fête. Ils mangent avec leurs mains, n’ont pas d’assiettes ni de couverts.


- Pour faire les travaux des champs, il n’y a pas de tracteur, mais un bœuf qui tracte la charrue.


Les besoins :


- Le manque d’eau : il faut creuser des puits pour obtenir de l’eau claire.


- Le manque d’école. Tous les enfants ne sont pas scolarisés. Ceux qui le sont sont très motivés. Ils sont 100 élèves de deux niveaux dans la même classe !


L’association a construit plusieurs écoles, en briques (avant certaines étaient en paille)


- Besoin de jouets (exemple : ballons, perles)


- Besoin de soins. Construction d’un hôpital et d’une maternité.


- Aide alimentaire de temps en temps.


Maintenant, nous comprenons mieux l’utilité du bol de riz, qui aura lieu vendredi 29 mars.


.


.


..


.


.


.