Vous êtes ici : Accueil > Pêle-mêle... > Hommage à James Frederick Newman
Publié : 11 juin 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Hommage à James Frederick Newman


Lu dans le Télégramme


La cérémonie d’hommage à James Frederick Newman, officier pilote de la Royal Air Force tombé au large du Koréjou le 5 juillet 1943, et aux soldats du Commonwealth, morts au combat lors de la Seconde Guerre mondiale, s’est tenue jeudi matin, au cimetière. Auparavant, une messe avait été célébrée par le père Jean-Jacques Bivic. Le cousin de l’aviateur, Brian James, et deux nièces du militaire, Susan Stewart et Melanie Cousins, avaient fait le déplacement pour participer à cette cérémonie. Tous les trois, émus, ont écouté Yannig Robin rendre cet hommage à « ce jeune pilote de 20 ans mort pour notre liberté dans la baie du Koréjou. Alors même que 71 ans nous séparent de cet événement, certains, de Plouguerneau ou de Guissény, peuvent encore se rappeler ce moment. Son combat reste d’actualité, nous renvoyant au sens de l’engagement pour l’homme, quelle que soit sa couleur, sa langue, sa religion ou sa culture ». Tous (une centaine de personnes) étaient émus au son de « La Marseillaise » et du « God Save The Queen » et de la sonnerie aux morts, avec le salut au drapeau des anciens combattants. La famille de l’officier britannique a tenu à remercier tous les participants à cette journée, mais aussi ceux qui contribuent à l’entretien des tombes de ces jeunes morts et également pour l’amitié démontrée ce jour. Les enfants de l’école Saint-Joseph présents (50 élèves des CM1 et CM2) ont fleuri les sépultures des soldats, tandis que Yannig Robin déposait une gerbe sur la tombe de James Frederick Newman.


Les photos


L’article de Ouest-France


Le 5 juillet 1943, l’avion du pilote britannique James Frederick Newman, alors âgé de vingt ans, tombe au large du Koréjou. Jeudi 5 juin 2014, un hommage lui était rendu, en présence de sa famille, venue d’Angleterre et du Canada. C’était l’occasion, en cette veille des cérémonies du 70eanniversaire des commémorations du Débarquement, de rendre hommage aux soldats du Commonwealth, britanniques ou australiens engagés dans la Royal Air Force, tombés pour la France à Plouguerneau et dans les communes environnantes. Des événements dont les anciens de ces communes encore vivants se souviennent avec beaucoup d’émotion.


« L’engagement pour l’homme »


Dans son discours, le maire Yannig Robin souligne « le combat et l’engagement inconditionnel de ce jeune homme pour la liberté, un combat qui nous renvoie au sens de l’engagement pour l’homme, quelles que soient sa couleur, sa langue, sa culture, sa religion. Son combat nous renvoie à la question de ce que chacun de nous serait prêt à consentir pour combattre toute forme d’idéologie visant à considérer une race supérieure à une autre... »


Après une messe à la mémoire du disparu, la cérémonie s’est déroulée au cimetière de Plouguerneau, en présence des anciens combattants, des élèves de CM 1 et CM 2 de l’école Saint-Joseph, et d’élus dont Andrew Lincoln, lui-même britannique, qui a assuré la traduction des discours. Les deux hymnes nationaux, la Marseillaise et le God save the Queen, ont retenti dans le cimetière, suivi par la sonnerie aux morts : difficile de contenir son émotion et de garder les yeux secs !


.


.


.


.


.


.


.


.


.


.