Vous êtes ici : Accueil > Pêle-mêle... > Présentation de la commune de PLOUGUERNEAU
Publié : 1er août 2009
Format PDF Enregistrer au format PDF

Présentation de la commune de PLOUGUERNEAU

Les élèves de CM2 (2008) ont présenté la commune de PLOUGUERNEAU à leurs correspondants d’Auray...

Carte du Finistère

 

 

 

Quelques données

 

Plouguerneau est composée de trois bourgs : Plouguerneau au centre de la commune, Lilia à l’ouest tourné vers la mer et le Grouaneg à l’est tourné vers la terre.

Les habitants de Plouguerneau s’appellent les Plouguernéens.

Plouguerneau compte, au dernier recensement, 6.215 habitants.

Ses 45 kilomètres de côtes en ont fait la capitale des goémoniers.

Plouguerneau est la commune de Bretagne où il y a le plus de croix et calvaires ; il y en a près de 150…

 

 

A voir à Plouguerneau

 

Le Phare de l’Ile Vierge 

C’est le plus haut phare d’Europe avec ses 82,50 mètres ; il est situé à 2 km de la côte. Construit en granit en 1902, il est l’un des derniers phares gardiennés. Ses 365 marches ouvrent une perspective maritime et terrestre remarquable. Au sommet, le visiteur découvre en effet un vaste panorama. Sa paroi intérieure est entièrement recouverte de carreaux (12.500) d’opaline bleu azur. Le phare est accessible à pieds les jours de très grand coefficient de marée et en bateau d’avril à octobre. Sa lanterne, d’une puissance de 650 watts, porte à 27 milles (52 km), à raison d’un éclat toutes les 5 secondes.

 

Site de Prad Paol – Le Pont du Diable

Le Pont du diable (Pont Krac’h) relie Plouguerneau à Lannilis.

Le Pont du Diable, Pont Krac’h, est situé sur l’Aber Wrac’h entre les communes de Lannilis et Plouguerneau : une visite incontournable si vous venez dans le Pays des Abers. Il est recouvert à chaque marée, et la date de sa construction, visiblement très ancienne, n’est pas connue.

 

La légende :

Un meunier du village de Prat Pol se lamentait de devoir faire un long détour pour livrer sa farine sur l’autre rive dans les villages dépendant de Lannilis. Il devait contourner l’Aber Wrac’h, longue vallée côtière envahie par la mer à marée montante. Le diable lui apparut alors afin de passer un pacte avec lui. Le "Malin" proposait de construire un pont et, comme toujours en échange de ses services, il désirait une âme : la première, qui traverserait le pont, viendrait augmenter le nombre de ses damnés. Le marché fut conclu sur ces bases. Le lendemain matin, la surprise du meunier fut grande de trouver le pont construit. Le diable, voyant le meunier traverser le pont, les épaules chargées de farine, se frottait déjà les mains de satisfaction : l’âme du meunier serait pour lui. Le meunier, arrivé au milieu du pont, s’arrête comme s’il voulait se reposer. Il dénoue alors un sac : un chat s’en échappe et file droit vers le diable. Le diable, furieux, lança son marteau par-dessus ses épaules. Ce marteau, morzol an diaoul, marteau du diable, est venu se planter en bordure de la route qui va de Lannilis à Lesneven, à l’endroit où l’on peut voir aujourd’hui, une croix. On ne se signait pas devant cette croix.

Peut-être fut-elle placée là, pour bien préciser que ce pont, construit par le diable, ne lui appartient pas et qu’on lui joua un bon tour.

Ecomusée

Grâce à des documents écrits, des photos et des vieux outils, les techniques du métier de goémonier sont expliquées dans ce musée. Les principales algues y sont sommairement présentées, avec leurs utilisations contemporaines. Depuis 1985, l’écomusée de Plouguerneau s’est donné pour objectif la collecte, la sauvegarde, la mise en valeur et la transmission du patrimoine maritime et culturel de Plouguerneau et du Pays des Abers / Pays Pagan. 

Les actions de valorisation du patrimoine local se font avec l’aide de la population, essentiellement goémonière, et de passionnés, tous désireux d’expliquer l’évolution du territoire et ses nombreuses richesses patrimoniales (sites naturels, historiques, religieux, légendaires, anecdotiques,…). 

 

 

Ruines d’Iliz Coz :  un village pétrifié sous le sable

Ces 4 dernières années, 22 000 personnes ont visité le site d’Iliz Coz, en Plouguerneau dans le Finistère. C’est une visite à remonter le temps...

Il existait, au début du 18ème siècle, une paroisse en bord de mer nommée Tremenac’h. Mais elle était maudite par les sables qui d’année en année menaçaient de l’ensevelir. Le phénomène tient au retrait de la mer et à un changement d’orientation des vents, intervenu à partir du 16ème siècle. Au point qu’en 1729, les habitants devaient abandonner l’église en catastrophe, puis le village tout entier... Village dont on n’entendit plus parler jusqu’à ce qu’un coup de bulldozer dans une dune, au début des années 1960, ne révéla à nouveau son existence. On décida alors d’appeler l’église Iliz Coz, la vieille église en breton.

En plus du désensablage, a été réalisé un musée. On peut notamment y voir trois fresques originales déposées du mur nord de l’église, bâtie entre le 13ème et le 15ème siècle. Une quatrième, représentant un semis de roses, a été reconstituée. Le reste du village est toujours sous le sable...

A Iliz Coz, grâce au travail de l’association portant le même nom, on peut aujourd’hui visiter l’église, sa ruelle et son enclos, le cimetière où reposent prêtres et chevaliers, la stèle romaine qui veille à l’entrée du village.

 

 

Les activités

 

De multiples activités sont possibles dans notre commune…

<p style="TEXT-ALIGN : justify ; LINE-HEIGHT : normal ; MARGIN : 0cm 0cm 0pt" class="MsoNormal"><font size="3"> 

 

Activités culturelles :

 

Ecole de musique, théâtre (troupe Ar Vro Bagan), Dessin-peinture, chorales, danses bretonnes, …

 

Activités sportives

Football, judo, handball, tennis, badminton, aïkido, nautisme, hockey, tennis de table, aviron, yoga, rugby, pétanque, patinage à roulette, …

 

 Carte du Finistère

. . . . . . . .

.

.

.